Entre le 06 et le 27 juin 2014, pendant le mois de l’architecture, nous avons été invités avec ABRèGe et Coloco, à exposer à l’espace “La Fenêtre” à Montpellier. Ce centre d’art associatif, situé derrière la gare, a pour vocation de faire la promotion de l’Architecture et des Arts appliqués et visuels, à travers l’organisation d’expositions, de rencontres, d’ateliers, de projections et d’évènements.

Scénographier l’atelier

Dès nos premiers échange, nous nous sommes mis d’accord sur un point clef de notre méthode d’action : outre le fait de présenter quelques uns de nos travaux, nous avons souhaité profiter de ce temps de croisement pour produire une réflexion commune sur un sujet de notre choix. Nous avons donc transformé l’espace d’exposition en un atelier servant de lieu de production, de diffusion et de débat. À l’entrée, un grand bar, pour accueillir comme il se doit, dans un esprit de “café du commerce”. Des tables, à roulettes, pour pouvoir redéfinir facilement l’agencement de l’espace central dédié à la réflexion, à l’affichage et aux rencontres. Une salle de contrôle, perchée sur la mezzanine, qui présente sous forme de vidéos, d’images et de publications en consultation, les collectifs rassemblés pour l’occasion. Le tout avec des matériaux récupérés à droite à gauche, certain provenant d’une ancienne installation du collectif Parenthèses.

Collectif-Etc-halle-Laissac-01 Collectif-Etc-halle-Laissac-02 Collectif-Etc-halle-Laissac-03 Collectif-Etc-halle-Laissac-0403 copie

Les Halles Laissac comme sujet commun.

Pour cette exposition-atelier collectif, nous avons donc choisi d’ancrer la présentation de nos modes de réflexion et de nos méthodes d’action à travers l’étude d’un sujet précis. Nos envies communes, issues de pensées antérieures et en lien avec l’actualité locale, nous ont amenées à nous intéresser aux Halles Laissac. Notamment car cet édifice est devenu un sujet d’actualité brûlant : sa démolition / reconstruction, actée par la précédente municipalité, vient tout juste d’être invalidée par le nouveau maire qui lance une nouvelle réflexion sur l’avenir de celle-ci. La Fenêtre s’ouvre pour nous dans ce contexte.

“Nous, ABRèGe, Coloco et Collectif Etc, après invitation de La Fenêtre, nous rassemblons pour cette exposition­-atelier dans l’idée de partager la vision d’une ville dynamique et généreuse, en évolution permanente.
La création en commun et la mise en œuvre collective dans l’espace public revisitent les modes opératoires de l’urbanisme. Nous tenons à explorer ces lieux de projets temporaires, incertains ou en attente, et à occuper les espaces et les temps de la ville qui restent en suspens. Chaque situation redéfinit la méthode. Pour développer des processus de création ouverts et évolutifs il est nécessaire d’interroger les relations entre acteurs décisionnels de projets et usagers, de la manière la plus ouverte possible.
Les échanges avec des réseaux étendus de collectifs se sont intensifiés, et nous assistons aujourd’hui à un mouvement important qui développe ces manières de construire autrement, plus ouvertes et collaboratives.
Afin de témoigner de nos façons de travailler et d’envisager une construction raisonnée et incrémentale de la ville, nous avons choisi de prendre un cas d’étude précis : la halle Laissac, objet architectural porteur de fantasmes multiples, cristallisateur de tensions locales. À travers ce sujet faisant promptement l’actualité, nous voulons ici témoigner de ces énergies créatives et constructives pour la ville en invitant à une réflexion éclairée.
Bienvenue donc à l’imaginaire qui permettra d’évoquer des futurs possibles de transformation de la Halle Laissac, et, pourquoi pas, de donner à voir des interrogations sur une manière de faire la ville ancrée sur des schémas pré­établis.”

Collectif-Etc-Coloco-Halles07Collectif-Etc-halle-Laissac-b2 Collectif-Etc-halle-Laissac-b3

Les Halles, sujet polémique.

Les Halles, telles qu’elles s’offrent à nos yeux aujourd’hui, abritent un marché, coiffé d’un parking. Elles ont remplacé en 1962 des halles de marché typiques du début du XXe, de forme ronde, faites de fonte et de verre. Elles sont reconnaissables par leur architecture résolument moderne, signée par Pierre Lafitte, auteur quelques années plus tôt du marché Victor Hugo à Toulouse, basé sur le même principe.
Aujourd’hui alors que le marché se tient quotidiennement et que le parking, idéalement situé, fait le plein régulièrement, les Halles Laissac souffrent d’un manque d’entretien, soutenu par la constante remise en cause de leur existence depuis le début des années 2000. Les volontés politiques de démolition de cette “verrue” toujours contrebalancées par la mobilisation des commerçants.
Réhabilitation ? Démolition et reconstruction ? “Préservons les !”, diront certain, séduits à leur cause car uniques et belles par leur affirmation temporelle ou encore leur rôle fédérateur. “Détruisons les !” soutiennent d’autres qui n’y voient, depuis leur inauguration, qu’un geste arrogant, défigurant la ville puisque engoncées dans un tissu historique cohérent. À de nombreuses reprises déjà, l’on s’était saisi de ce débat. À l’image de la CCI, qui proposait des projets de réhabilitation, avec restaurant panoramique au dernier étage.

Collectif-Etc-halle-Laissac-e

L’atelier d’architecture collective.

Nous avons découpé l’atelier en trois semaines successives au cours des quelles nous avons tenté d’impliquer de nombreuses personnes du quartier et d’ailleurs, avec entre autres : Lola Tinnirello / David Olivari / Marie Luce Nadal / àmesure  / Urbiscopie Lift Type / Brice Pelleschi / Collectif Parenthèses / Cabinet Cabinet / Revue DAS / Comac / Bruit du Frigo / Bernard Kohn / Laura Bellamy / Lola Tinnirello Sarah Balounaïck / Philippe Lamor / Jaana Reikainen/ Jean Pierre Barou / Sylvie Crossman / Charlotte Pierson

Comme si nous devions nous pencher sur le devenir des Halles, quel que serait l’aboutissement de l’alternative entre réhabilitation et construction, nous avons instauré un atelier de réflexion et de débat libre et ouvert. Les visites en balade de la première semaine ont permis de saisir les enjeux urbains de la place de ce bâtiment puis d’en approcher les dynamiques quotidiennes à travers la récolte de paroles d’usagers.

La semaine de réflexion a servi de support pour accueillir les propositions de projets, faites par les résidents de l’exposition, les visiteurs curieux ou les professionnels que nous avions invités. Ils étaient encouragés à transcrire sur une fiche, leurs idées de projet, d’interventions ou de nouveaux usages que pourrait accueillir les Halles Laissac. Le scénario n’était pas fixé, mais nous nous sommes concentrés sur les usages que ce bâtiment pourrait accueillir.

La dernière semaine a été dévolue à la présentation de cette proposition multi-forme, par le biais d’un affichage et la mise en page d’une publication. Une proposition d’articulation des fiches projets, organisées chronologiquement permettait de faire apparaître une logique d’appropriation pas à pas de l’édifice. Quelle proposition globale peut émerger d’une somme de propositions indépendantes ?

Collectif-Etc-halle-Laissac-c4 Collectif-Etc-halle-Laissac-c3 Collectif-Etc-halle-Laissac-c2 Collectif-Etc-halle-Laissac-c1 Collectif-Etc-halle-Laissac-c5

Un PPP – Pôle des Plaisirs Partagés, pour les Halles Laissac

Le choix quant au devenir  des Halles Laissac ne peut pas être binaire : destruction puis reconstruction, ou réhabilitation. De multiples possibles sont envisageables, à la fois en terme d’usages, de temporalités et d’images. Une certaine idée de la complexité doit paraître dans cet espace aux enjeux urbains ne tendant qu’à s’accentuer.
Ce bâtiment est une véritable rotule urbaine, à l’articulation entre l’ancien et le nouveau, l’histoire et le futur de Montpellier. Les orientations d’intensification douce du pourtour de l’écusson couplées au développement de la ZAC Nouveau St Roch le place comme point nodal d’une restructuration en profondeur et à long terme du centre de Montpellier.
Comment alors anticiper ces bouleversements, et faire de ce bâtiment en désuétude un nouveau symbole d’innovation sociale, économique, architecturale et urbaine ?
Car c’est bien à la croisée de multiples champs que se situent les propositions qui vont suivre. Et de ventiler : comment réactiver une activité économique en perte de vitesse ? Comment créer un espace de rencontre, de convivialité, de partage ? Comment offrir des activités ludiques parfois manquantes dans le quartier ? Comment en faire un nouveau symbole désirable et approprié ? Comment allier culture et urbanité, enjeux locaux et intérêts à l’échelle métropolitaine ? Comment en faire un lieux partagé d’une telle ambition sans être sur des projets pharaoniques qu’aucune collectivité ne peut ­-mais le doit­-elle ?-­ s’offrir ?
Autant de questions auxquelles nous tenterons ici d’apporter des éléments de réponses. Ce carnet de projet ne correspond pas à une solution clef­ en­ main, et nous ne préconisons pas de les appliquer en l’état. Ce qu’il faudra retenir, c’est qu’une vision à long terme, tout en étant nécessaire, doit savoir laisser place à l’accident, à l’informel, et savoir s’ajuster dans le temps pour mieux avancer, en ne laissant personne de côté. Un projet doit être le fait de négociations, condition d’une redéfinition du politique, lui-­même garant d’un vivre­ ensemble partageable. Nous devons donc avancer petit à petit, en calibrant les interventions suivantes en fonction des réactions aux précédentes, user de l’incrémentalisme et de la modestie dans l’action, tout en gardant des ambitions fortes.

Alors plongez­-vous ici dans une esquisse potentielle d’un projet en devenir, du futur PPP, le Pôle des Plaisirs Partagés.

Collectif-Etc-halle-Laissac-d4Collectif-Etc-halle-Laissac-d1  Collectif-Etc-halle-Laissac-d8 Collectif-Etc-halle-Laissac-d7Collectif-Etc-halle-Laissac-d1 Collectif-Etc-halle-Laissac-d3Collectif-Etc-halle-Laissac-d2Collectif-Etc-halle-Laissac-d5    Collectif-Etc-halle-Laissac-d9

Collectif-Etc-halle-Laissac-d91

Remerciements : Nous tenons à remercier l’équipe de la Fenêtre qui nous a fait confiance, et particulièrement Christine, Christian (dédicace pour les logements !) et Gaëlle. Bien sûr les b-boys de Coloco et d’Abrège, toujours un plaisir. En vrac, merci à :  Lola Tinnirello / David Olivari / Marie Luce Nadal / àmesure  / Urbiscopie Lift Type / Brice Pelleschi / Collectif Parenthèses / Cabinet Cabinet / Revue DAS / Comac / Bruit du Frigo / Bernard Kohn / Laura Bellamy / Lola Tinnirello Sarah Balounaïck / Philippe Lamor / Jaana Reikainen/ Jean Pierre Barou / Sylvie Crossman / Charlotte Pierson. À Bernard Kohn, qui nous a fait le plaisir de venir, avec une maquette des halles ! Et à tout ceux qui sont venus passer quelques moments avec nous !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.