Collectif-Etc-Formes-Vives-Parc-de-Lorient-web-logo

En septembre 2014, un appel d’offre d’un genre nouveau a fait surface. Conçu par le département de la Drôme en étroite collaboration avec l’association De l’aire, il portait sur la transformation du parc de Lorient, sur la commune de Montéléger près de Valence. La transformation du parc était confiée à deux équipes : l’une de maîtrise d’œuvre paysagère, responsable de tous les aménagements structurants “selon une méthodologie classique”, et l’autre, chargée de réaliser des aménagements plus légers en associant usagers et partenaires du territoire : mobilier, petits équipements, dispositif d’accueil mobile, nouvelle signalétique, journal de chantier, etc. Cette seconde mission était destinée à une équipe pluridisciplinaire capable de concevoir et fabriquer ces éléments, tout en proposant un certain nombre d’ateliers et des actions de médiation tout au long du chantier. Le document complet est  disponible ici.

Une importante partie du budget total de le rénovation du parc était dédiée à cette tranche de travaux expérimentaux. Pour une fois, la part belle était donnée à la co-construction dans un projet d’aménagement. Étant particulièrement sensible à ce cadre de projet qui nous ressemble, nous avons décidé d’y répondre en collaboration avec les graphistes de Formes Vives. Notre dossier a été sélectionné sur la base de nos expériences mutuelles et d’une note d’intention. Aux côtés de deux autres équipes, nous avons engagé une phase de travail de plusieurs mois en dialogue avec un comité de pilotage.

Paradoxalement, le sujet n’était pas aisé car le parc fonctionnait déjà très bien, il affichait un nombre de visiteurs annuels conséquent qui y trouvaient visiblement ce qu’ils venaient chercher. Notre intervention n’avait pas pour vocation de combler un vide évident. Il s’agissait plutôt de proposer une autre expérience de ce parc, sans empiéter sur l’existant.

L’idée a alors germé de raconter une histoire, de proposer une fiction aux usagers du parc. Notre projet serait une grande pièce de théâtre qui se déroulerait sur trois ans. Le programme d’éléments à construire serait la scénographie de cette histoire. Nous avons invité la Folie Kilomètre, collectif de création en espace public, à rejoindre l’équipe pour imaginer avec nous cette fiction, ses ressorts, ses acteurs et ses temps forts. D’un “chantier artistique et participatif” originel, nous travaillions alors à “la mission Oriolus-26”.

Finalement, notre proposition n’a pas été retenue. Il s’est avéré très complexe de projeter une fiction collective face à une maîtrise d’ouvrage qui nous avait missionné pour concevoir des aménagements. Nous avons apprécié le fait de pouvoir discuter de cette décision et d’en comprendre les raisons. C’est le Collectif Dérive qui a convaincu le jury et va réaliser sa proposition « Anima Motrix ». Bravo à eux !

Nous avons toujours l’intuition que les fictions collectives peuvent être des moteurs puissants pour transformer notre environnement. Nous poursuivons les recherches, la mission Oriolus-26 n’est pas terminée !

 

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (3)

 

AVRIL 2015 – PHÉNOMÈNES NATURELS

La presse relate la découverte de phénomènes inexpliqués dans le parc de Lorient. Devant l’incompréhension des services concernés, le Conseil Général décide de lancer la mission Oriolus-26.

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (1)

MAI 2015 – CAMP DE BASE DE LA MISSION ORIOLUS-26

C’est le lancement de la mission. L’équipe poético-scientifique entame son programme de recherche sur site. Après avoir arpenté les lieux et pris conscience de l’ampleur des énigmes en présence, ils construisent leur camp de base mobile, un outil précieux qui sera le support des recherches à venir. La mission Oriolus-26 est officialisée lors de la Fête de la Nature 2015. La presse et le public sont invités à rencontrer l’équipe de chercheurs autour de leur camp de base. Après avoir présenté la mission, l’équipe propose une visite commentée et annonce ses premiers objectifs de travaux.

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (7)

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (8)
Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (9)

ÉTÉ 2015 – STATIONS D’OBSERVATION ERIANIDRO

L’étude poético-scientifique nécessite des relevés des mouvements naturels du parc. Les membres de la mission confectionnent six stations d’observation, disséminées aux quatre coins du parc afin d’effectuer des relevés précis. Les usagers du parc sont aussi invités à contribuer et à découvrir les procédés étonnants des chercheurs. Les stations fonctionnent de façon autonome grâce à un système électroïque alimenté par photosynthèse, les données sont collectées en temps réel et transmises au laboratoire marseillais dont dépend l’équipe d’Oriolus-26. Les premières analyses des relevés sont rapidement publiées sur le blog des chercheurs.

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (11)

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (13)
Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (10)
Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (12)
Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (14)
Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (15)

SEPTEMBRE 2015 – SENTIER PBV

Les résultats des premiers relevés ont amené l’équipe à s’intéresser au petit bois de la Véore. La mission construit un cheminement sans interaction directe avec le sol, pour permettre un accès privilégié aux sources présumées des phénomènes. On peut ainsi déployer la recherche sans risquer de perturber l’objet de l’étude. Il connecte la station « Buis » installée pendant l’été à une dernière station, construite en lisière nord du bois ; la station « Opéra des criquets». Elle permet de relayer les informations jusqu’au camp de base et offre un point de vue sur l’orée du bois, au cœur de la zone de gestion différenciée, où les insectes bavards semblent livrer de nouveaux secrets.

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (2)

MAI 2016 – MASTERCLASS ET COLLOQUE INTERNATIONAL

La mission organise un grand colloque international, avec la participation enthousiaste d’une équipe d’étudiants-chercheurs récemment impliquée sur le projet. De nouvelles infrastructures sont crées pour accueillir le public. L’étude menée sur ce site commence à faire du bruit dans les milieux scientifiques concernés, les spécialistes et les curieux affluent. Cette Fête de la nature sera à marquer d’une pierre blanche avec une masterclass passionnante suivie d’une série de conférences ébouriffantes ! Et les avis des experts sur le parc de Lorient sont éclairants au-delà des espérances…

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (16)ÉTÉ 2016 – SUPER-STATION NIF

Suite aux contributions des usagers, aux discussions du colloque du printemps et aux relevés qu’à pu enregistrer l’équipe pendant une année, l’origine des phénomènes a pu être identifiée. Il s’agit alors de parvenir à le contrôler et/ou le reproduire. L’équipe poursuit ses recherches. Avec des moyens renouvelés, l’équipe fabrique un lieu d’expérimentation au cœur du parc pour tenter l’impossible. Cette nouvelle expérience achèvera de rendre fameuse la mission poético-scientifique.

 

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (6)SEPTEMBRE 2016 – DERNIÈRE VISITE

La mission s’achève. À la demande des usagers qui continuent d’utiliser et d’apprécier les équipements construits pour la mission Oriolus-26, l’équipe laisse sur place la totalité des robustes plateformes d’observation, après avoir donné toutes les recommandations d’usage et d’entretien. Ils récupèrent seulement les équipements électronirique, avec lesquels ils s’embarqueront très prochainement pour une nouvelle mission en Sibérie orientale.

 

Parcourir le dossier complet :

 

Collectif Etc - Formes Vives - Parc de Lorient - web (5)

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.