Le Collectif a été sélectionné, en juin 2013, dans l’équipe de Phytolab avec Forma 6, SCE, ResPublica et le Studio Charles Vicarini, pour répondre à l’appel d’offre lancé par la mairie de Saint-Nazaire portant sur la phase 3 de la requalification du Front de mer.
Cet appel d’offre comportait une seconde partie intitulée “actions-tests en rive d’estuaire”, pour laquelle Phytolab nous a intégré à son équipe.

Nous allons raconter ici de quelle manière nous avons travaillé avec la ville et ensuite présenter les conclusions que nous en avons tirées et la proposition que nous avons faite, pour répondre à cette envie de la ville d’approcher le projet urbain par la mise en place de petites interventions, les “actions-test”.

Cet appel d’offre vient à la suite des deux premières phases de travaux achevées de requalification de la promenade du front de mer et inclut une volonté d’étude exploratoire sur la continuité à donner à cet aménagement vers les rives de l’estuaire.
Les “actions-test” en rive d’estuaire ont donc pour objectifs “d’ouvrir les réflexions” et ainsi “préparer la poursuite de la balade du front de mer vers les rives de l’estuaire”.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_1

Cette étude a aboutit à la présentation d’un dossier, détaillant notre travail sur place et explicitant la façon que nous pensons juste d’initier et de développer les réflexions autour de la requalification des rives de l’estuaire.

“ACTION-TEST”

Lors de la réalisation de la précédente phase II, le principe d’imaginer et de mettre en œuvre une proposition d’aménagement dans le périmètre de la phase suivante avait été testé avec l’installation de jeux pour enfants sur la plage. Une façon d’occuper le temps mort du projet urbain tout en nourrissant les réflexions autour de celui-ci. Ceci a permis d’activer cet espace par la simple création d’un nouvel usage, dans l’attente du chantier de requalification de l’entièreté du front de mer, qui aujourd’hui au stade de l’avant projet, préserve l’installation de ces jeux.
Cette logique a été conservée et augmentée pour la phase III. La notion “d’actions-test” apparaît dans l’appel d’offre et s’applique alors aux rives de l’estuaire. Mais contrairement à la liaison entre les phases II et III la typologie du “rocher” diffère fortement de celle du front de mer et sa situation insulaire renforce cette rupture entre les deux périmètres de projet.
La volonté première est la prolongation de la promenade du front de mer vers le territoire du Petit Maroc par des propositions légères, afin de lier ces deux entités et d’amener à redécouvrir ce territoire. C’est aussi l’occasion d’impulser et de faire émerger des réflexions autour de futurs aménagements.
Pour ce faire, l’activation du lieu par des “actions-test” permet l’enclenchement de mécanismes propices à l’émergence de propositions réfléchies et voulues par tous autour des questions d’aménagement.
Ce sont des transformations concrètes du cadre de vie qui impactent réellement les usages, à une échelle quotidienne. Ces propositions sont volontairement légères et éphémères ce qui permet, d’en contenir le coût, de les libérer de certaines contraintes et de les offrir rapidement aux utilisateurs.
Cette dernière caractéristique impose d’établir un mode de construction inclusif, (c’est-à-dire avec une forte diversité de public : habitants, passants, pouvoir publics, techniciens,…), et incrémental.
La volonté est le maintien du débat autour de ces idées d’aménagements, et de fait l’affinement de la pertinence des interventions.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_schéma_4

CONTEXTE

Le Petit Maroc, ou le “rocher”, est un territoire très particulier. Il a connu de nombreuses transformations au cours de son histoire. Mais c’est avant tout le berceau de la ville de Saint-Nazaire. Son emplacement à la jonction de l’estuaire et de l’océan en ont fait un lieu stratégique et donc sujet à de nombreux remaniements fonctionnels au cours des siècles passés.
Aujourd’hui, les rives de l’estuaire et le Petit Maroc restent un lieu emblématique de la ville, un territoire exceptionnel qui cristallise à lui seul les attentions et les envies d’innombrables acteurs nazairiens.

L’intérêt que porte la ville, le port et des associations, ainsi que les utilisateurs hétéroclites par leur utilisation du lieu, pêcheurs, riverains, boulistes et promeneurs, catalyse les envies déjà nombreuses autour de l’avenir de ce morceau de ville.
C’est avant tout un quartier d’habitations, regroupées autour de la place de la rampe, autour de laquelle se trouve les commerces.
De grands espaces libres peu entretenus favorisent et permettent différents modes d’utilisation. De l’émergence d’usages spontanés jusqu’à l’organisation d’évènements d’envergures, les usages sont nombreux pour un lieu sans destination précise.
Les panoramas sur l’estuaire et la mer entre espace naturel et industriel, au milieu d’éléments bâtis remarquables chargés d’histoire en font un itinéraire de promenade et un lieu de contemplation incontournable de la ville.

Malgré ces nombreuses qualités, cet espace reste parfois mal vécu et peu exploré par les nazairiens, qui le connaissent essentiellement à travers des événements culturels d’envergure, (festival les Escales, des régates, concerts à la salle Jacques Brel, le parc des expositions) ou des événements liés à l’activité industrielle et portuaire (passage ou sorties de gros bateaux des chantiers)

ATELIERS

Pour initier notre étude, nous avons mené deux ateliers. Ceux ci étaient organisés comme des temps de travail avec les membres volontaires des conseils de quartier de la ville. Ces ateliers avaient pour objectif de révéler les usages possibles et d’imaginer les dispositifs déclencheur de la re-découverte des rives de l’estuaire de la Loire dans la continuité de la balade du front de mer.
Il s’agissait d’esquisser le cahier des charges, approcher le budget et imaginer différents scénarios d’intervention, d’un projet global d’interventions ponctuelles le long des rives d’estuaire.
Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_3

Le premier atelier visait à préciser la notion “d’actions-tests” et à inviter les personnes présentes à proposer des premières idées. Nous avons expliqué, au travers de références variées, quelles formes pouvaient revêtir les “actions-tests” avec pour objectif d’inspirer librement les participants choisis par la ville. Les participants étaient ensuite invités à remplir des fiches-projets, décrivant de manières succinctes les idées qu’ils avaient eu ensemble. Ces projets étaient ensuite répartis sur une carte afin d’y développer un ensemble cohérent d’interventions ponctuelles.

Voici quelques exemples de fiche de projet :Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_F01

Lors du second atelier nous avons emmené les participants sur le lieu même de la réflexion. Nous les avons invités à relever eux-mêmes un lieu ou un paysage, grâce à une photographie, qui a ensuite servi de base à une réflexion en atelier. Il s’agissait d’imaginer comment les “actions-test”, développées lors du premier atelier, pouvaient s’organiser dans le cadre restreint de la photographie. L’objectif était de mener une réflexion sur l’organisation spatiale de ces actions et d’en détailler les logiques temporelles (installations en fonction des saisons, du jour et de la nuit, etc..)

Pour nous, plus qu’un moment de réflexion partagé, ces ateliers ont été un moyen d’apprécier ce territoire à travers la parole d’habitants de Saint-Nazaire. Relever des anecdotes, connaître la nature des rapports entre les nazairiens et les rives d’estuaire et ainsi affiner notre lecture du territoire et le diagnostic que nous en avons tiré.
Les ateliers nous ont aussi permis de relever, grâce aux participants, une liste d’acteurs potentiels, mobilisables pour le montage et la réalisation des “actions-tests”.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_schéma_5

PROPOSITION

Ensuite, c’est à partir de cette base de données concrètes et avec l’ensemble de l’équipe de maîtrise d’œuvre et la mairie, que nous avons détaillé une proposition de mise en place de ces “actions-tests”. Il nous semblait important de proposer une stratégie globale de développement de ces interventions, comme véritable moteur au projet urbain futur. Nous l’avons appelé “La Génératrice”.

La Génératrice serai le résultat de l’aménagement d’un espace public co-construit, lieu de débat et moteur de réflexions autour du devenir des rives d’estuaire et génératrice d’actions-tests. Une équipe pluridisciplinaire (architectes, urbanistes, sociologues…) en permanence une année sur le site, permettrai d’amorcer et de coordonner cette activation afin de participer à l’émergence du projet urbain.

Nous avons proposé que la Génératrice soit installée sous la Halle Sud. Ce choix est soutenu par sa position centrale le long des rives de l’estuaire mais aussi dans la continuité physique et visuelle du centre ville par l’avenue de la vieille ville. C’est aussi un espace placé à un nœud du réseau viaire, peu défini car bordé d’espaces larges peu qualifiés. Ce choix n’est pas obligatoire, mais il est utilisé pour illustrer concrètement le fonctionnement de la Génératrice.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_2

 

FONCTIONNEMENT

Dynamique quotidienne : Créer un espace public de proximité convivial à usage quotidien.
Rôle de l’équipe résidente :
– Atelier de la semaine : Une fois par semaine, l’équipe assure une journée de permanence de travail sur site.
– Créer une dynamique locale de réflexion et d’action : créer des liens avec les acteurs de terrain, activer des réseaux de ressources humaines et matérielles.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_schéma_1

Dynamique réflexive : Animer un lieu de réflexion et d’action collective afin d’alimenter le projet urbain sous forme de débats, de discussions et d’évènements périodiques.
Rôle de l’équipe résidente :
– Atelier du mois : Une fois par mois, l’équipe organise un évènement qui combine, réflexions et débats autour du projet urbain et programmation culturelle. Institutions, collectivités, élus, associations, habitants, citoyens y sont conviés.
– Tirer des enseignements des réflexions hebdomadaires, élargir le débat en impliquant un nombre large de participants.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_schéma_2

Dynamique constructive : Lancer la réalisation d’autres “actions- tests” sur les rives d’estuaire en s’alimentant des débats et de l’activation d’acteurs et de moyens faite pendant les permanences. La génératrice se transforme deux fois par an en un lieu de construction pour réaliser ces actions-test.
Rôle de l’équipe résidente :
– Accompagner et mettre en place la construction de la Génératrice
– A partir des réflexions menées autour du territoire et du projet urbain, de la dynamique créée autour de la première “action-test”, du réseau mobilisé, il s’agit de générer deux “actions-test” par année sur les rives d’estuaire.

Collectif_Etc_Rives_Estuaire_St_Nazaire_schéma_3

 

RÉFÉRENCES

Pour appuyer cette réflexion nous avons présenté plusieurs références de projet que nous avons retenues pour présenter plusieurs exemples de gouvernance de projet, de dynamiques liées au chantier et de permanences architecturales

1. Sur les permanences architecturales :

La résidence  d’une architecte de l’agence Construire de Patrick Bouchain, dans le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur- Mer, pour la conception et le suivi du projet de réhabilitation des maisons du quartier dans le cadre d’un plan ANRU, à Boulogne-sur-Mer.

Notre résidence à Châteldon. Résidence de six mois, du Collectif Etc, dans un village d’Auvergne pour l’élaboration d’une étude-action portant sur la “redynamisation des centres bourg ruraux”.

2. Sur le chantier comme acte inaugural et initiateur :

Le chantier de Stéphane Shankland, TRANS305 à Ivry-sur-Seine

La Casa do Vapor au Portugal construit par EXYZT et ConstructLab

Notre chantier ouvert à Reims dans le quartier Croix Rouge

3. Sur les systèmes de gouvernance, que nous avons illustrés par des études de cas, qui mettaient en lumière les différents systèmes novateurs partagée entre les utilisateurs et les décideurs.

L’université foraine de Rennes

El Campo de Cebada à Madrid, initiative habitante dans le centre de Madrid

La Cartonnerie à Saint-Etienne

 

CONCLUSIONS

Au moment de l’appel d’offre, nous pensions que la ville attendait la mise en place d’actions construites. C’est au fur et à mesure que nous avons appris qu’elle nous confiait une étude. Une étude pour laquelle nos interlocuteurs seraient, seulement, les membres des conseils de quartier.

Cette étude est prospective, et est constituée de pistes à creuser, explicitées grâce à des exemples concrets. Libre à la ville de se saisir de notre proposition de Génératrice : une idée de projet capable d’initier les réflexions sur les suites du projet urbain en cours, de manière ouverte et collégiale.
Pour nous, c’est une mise en forme de ce à quoi nos actions, jusqu’ici isolées, peuvent aboutir, si elles sont pensées de manière globale, sur un territoire défini.

Remerciements à toute l’équipe, particulièrement à Loïc Mareschal pour nous avoir fait confiance. Remerciements également aux nazairiens que nous avons rencontré et qui ont bien voulu jouer le jeu.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.