Cannes, mai 2010.

Une fois de plus le Festival de Cannes investit la Croisette. Une fois de plus les hôtels et restaurants investissent la plage. Et une fois de plus, la privatisation de cet espace public nous sépare de la mer. Seuls quelques interstices se dessinent. Ces espaces résiduels, où s’entassent les chaises et les parasols usagés des paillottes à paillettes, restent l’unique moyen d’apprécier la mer et son horizon.

Les pétales de coquelicots, clinquants et éphémères à l’image des festivités alentours, nous permettent de signaler ces espaces de liberté devenus insolites.

 

tapis_rouge_collectif_etc_01

tapis_rouge_collectif_etc_08

tapis_rouge_collectif_etc_07

tapis_rouge_collectif_etc_06

tapis_rouge_collectif_etc_05

tapis_rouge_collectif_etc_0

tapis_rouge_collectif_etc_02

4 Comments

  • paul dit :

    Toujours la moustache, pierrot!!
    Tu n’as pas une tête à cueillir que des coquelicots!
    C’est tout bonnement génial.
    E(xcellent) T(apis) C(ollé)!!

  • Gatien dit :

    Parfait.

  • J.-F. dit :

    Le myosotis, et puis la rose
    Ce sont des fleurs qui disent quelque chose
    Mais pour aimer les coquelicots
    Et n’aimer que ça… faut être idiot!
    T’as peut-être raison, oui mais voilà:
    Quand je t’aurai dit, tu comprendras
    La première fois que je l’ai vue
    Elle dormait, à moitié nue
    Dans la lumière de l’été
    Au beau milieu d’un champ de blé
    Et sous le corsage blanc
    Là où battait son coeur
    Le soleil, gentiment
    Faisait vivre une fleur
    Comme un petit coquelicot, mon âme
    Comme un petit coquelicot

  • eloka dit :

    C’est beau, c’est simple. J’aime le décalage entre le lieux (un peu symbole du star système quand même) et l’intervention presque champêtre de notre ami Pierre. Et ça intrigue les gens, ça change du land’art en pleine nature, ou il y a que les vaches qui en profite au final…

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.