matière-grise-collectif-etc-forum-nice-bandeau

C’est à la fin de l’année 2014 que les architectes d’Encore Heureux se retrouvent commissaires de l’exposition “Matière Grise”. Une exposition basée principalement sur le ré-emploi de matériaux en architecture, illustrée par près de 75 projets à travers la planète. De nombreux débats accompagnent cet événement, ainsi qu’un conséquent catalogue au même nom, dans lequel de multiples articles nous invitent à prolonger les réflexions. Car, pour ses commissaires :

“Matière grise” interroge le matériau comme une stratégie. Face à la double crise de la matière, entre épuisement des ressources et accumulation des déchets, l’exposition explore la question du réemploi à un instant décisif où l’architecture aspire à se réinventer entre contraintes environnementales, économiques et nouveaux usages. Encore Heureux

Après une première présentation de l’exposition au Pavillon de l’Arsenal, à Paris, celle-ci s’installe fin 2015 à Nice, au Forum d’Urbanisme et d’Architecture. C’est dans ce second cadre que nous avons été invités à poursuivre les recherches par une intervention in-situ, au sein même de la galerie.

Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-6

“Ré-employer revient à considérer que les matières premières ne sont plus sous nos pieds ou à l’autre bout du monde mais dans nos villes, nos bâtiments, nos infrastructures. Cela revient aussi à considérer la matière présente non plus comme un déchet à évacuer le plus loin possible, mais comme un capital à valoriser et à préserver. Toute une chaîne de production et de savoir-faire doit donc être réinventée ou adaptée.” Encore Heureux.

Cette citation a été le point de départ de notre travail au Forum d’Urbanisme et d’Architecture de la Ville de Nice : à partir d’une source de matière première issue de la “fabrique de la ville”, l’objectif a été de mettre en matière le propos de l’exposition.

La direction du Forum nous a rapidement mis en contact avec l’industriel Véolia, et plus spécifiquement avec son centre de tri des déchets du bâtiment. L’ouverture de leurs portes nous a permis de glaner des matériaux sur les montagnes de déchets triés par famille : gravats en tout genre, métaux, bois, etc. Un peu perplexes face à ces matériaux plus abimés que ce que nous l’avions imaginé, nous nous questionnons sur une pratique de réemploi avec une matière en aussi mauvais état.

Peut-on vraiment imaginer des procédés qui revalorisent ces matériaux ? Combien de temps et d’énergie faut-il investir pour que cette matière soit à nouveau considérée comme utilisable ? Ne vaut-il pas mieux la recycler ? En quelques jours développons un procédé spécifique pour extraire cette matière du circuit de recyclage classique et la faire entrer dans une logique de réemploi.

Nous axons nos réflexions sur les stocks de bois, matériaux avec lequel nous sommes le plus familiers. Entre les planches de coffrage couvertes de béton, les contreplaqués gonflés par l’humidité et les bastaings défoncés, nous sélectionnons les pièces les moins abimées pour les ramener à la galerie, où doit avoir lieu l’exposition. Notre proposition : faire une “ressourcerie” éphémère au sein même de l’exposition.

Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-2 Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-1 Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-5

Pour retrouver des matériaux exploitables, il nous faut déclouer toutes les planches et sections de bois, les redécouper pour ne garder que les parties les moins abimées, les poncer pour les rendre plus présentables et les mettre en vitrine dans des racks fabriqués avec les restes de l’exposition précédente. Pour ce faire, nous sommes aidés par des étudiants de l’École de Condé, qui n’ont pas hésité à relever les manches pour ce travail fastidieux.
Parallèlement à cela, nous développons une gamme de mobilier en utilisant ces mêmes matériaux : exemples du potentiel de cette matière retraitée, qui trouve sa place dans le parcours de l’exposition. L’ensemble du dispositif vise à ce que les visiteurs ou les passants se servent dans les racks pour mettre en œuvre chez eux ces matériaux dans de petits bricolages et réparations, et ainsi qu’ils réintègrent la ville.

Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-3 Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-4 Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-9 Collectif-Etc-Forum-Urba-Nice-14

Nous voulons regarder notre intervention comme une préfiguration optimiste d’une pratique émergente dans nos villes, tout en mettant en évidence les limites qu’il faudra contourner et les moyens qu’il faudra déployer pour rendre ce type de pratiques concrètes, viables et éthiques. Il ne s’agit en aucun cas de faire de cette expérience un exemple d’un modèle à transposer, tant le contexte et les conditions de chantier furent particuliers. D’autant que l’énergie nécessaire pour réintégrer les matériaux dans des circuit aussi basiques que cela reste tout de même considérable. Un travail en amont est nécessaire. De nombreux acteurs s’interrogent sur ces logiques de circuits courts ou d’économie circulaire dans le monde du bâtiment. À nous tous de nous emparer de ce sujet passionnant.

Nous tenons à remercier le Forum d’Urbanisme de la Ville de Nice pour son invitation, les employés du centre de tri Véolia Propreté qui nous ont ouvert leurs portes avec bonne humeur et curiosité, les étudiants de l’École de CondÉ Nice, qui nous ont suivi dans un travail intense, à Milène Servelle pour les photographies et à Caroline Moretti & Paul Matet pour la coordination et le suivi. 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.