Arrivée sur zone, au turbin, hauts fourneaux.
Roues libres, et bogie bogie, dans nef infinie.
Dans des nuits abrasives, leurs écrans projettent, des carcasses métalliques.
Et dans ces vastes étendues, elles charrient les squelettes, qui parferont leurs montures.
Alors les synth-machines, sculptées de flash métal, s’apprêtent à entrer en piste.
Drift, dans un nuage de fumée. 
« Bonjour Turbine »

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

LE CONTEXTE – DE LA CITÉ DE CHANTIER À LA BIENNALE DE VENISE

Il y a trois ans déjà, en juin 2016, nous avions construit une Cité de Chantier sur le plateau de Colombelles, dans le cadre de la rénovation de la Grande Halle de la S.M.N par les architectes de Encore heureux. Toute de containers et en grande partie de matériaux de seconde main, la structure temporaire a servi de base aux ouvriers, aux architectes, aux futurs usagers et porteurs de projets dont fait partie le WIP, structure préfiguratrice, dorénavant gestionnaire de la Grande Halle.

La Grande Halle, ancien atelier électrique et le réfrigérant voisin de la SMN (Société Métallurgique Normande) sont les derniers vestiges d’un passé industriel sur le plateau de Colombelles, à côté de Caen. Après plus de 4 années d’effort, la Grande Halle a officiellement ouverte ses portes dans un fracas festif le 12 octobre dernier. Entre temps, elle a aussi été l’un des 10 “Lieux Infinis” exposés au Pavillon Français à la dernière biennale d’architecture de Venise, orchestrée par les architectes commissaires Encore Heureux. C’était un véritable coup de pouce projecteur, pour ce lieu en construction, déjà vivant.

 

UNE COMMANDE DE LA “MAÎTRISE D’USAGE”

previous arrow
next arrow
Slider

 

“Le Wip, en tant que futur locataire et porteur du projet de Tiers-Lieu circulaire et citoyen, conçoit et finance tout le mobilier et les agencements intérieurs permettant d’organiser les flux et les usages, hors bâti, agencements définitifs, et réseaux. L’identité du Wip, sa raison d’être [..] doivent être intégrées dans la façon dont le mobilier et les agencements sont conçus et réalisés, pour qu’ils en soient le reflet.”

 

Chemin faisant, le WIP est revenu vers nous afin de réfléchir à un dispositif accueillant pour la grande nef de la Grande Halle. Après plusieurs aller-retours, nous nous sommes mis d’accord pour dessiner et réaliser des éléments de mobiliers de grande échelle aux usages variés avec comme objectifs principaux de permettre d’accueillir différents événements, de créer des repères, d’orienter le public et de contribuer à l’identité de cet immense espace.

Nous vous partageons quelques intentions et inspirations, autour de matériaux bruts, et objets roulants, d’univers post-industriel, voire post-apocalyptique à la Mad Max, avec une dérive dragster et rodéo tuning.
L’un des enjeux principaux a été de trouver l’échelle juste pour les objets, pour permettre une appropriation de la halle sans qu’ils soient écrasés ou insignifiants au regard du volume immense de celle-ci. Avec le WIP nous avons dimensionné le projet en fonction des usages souhaités. Parmi eux on trouve un kiosque d’accueil qui deviendra un poste de travail permanent. Le kit sera complété d’un bar mobile, d’une grande table et de deux gradins.

 


Inspirations

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Références

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Croquis

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Model 3D

 

RODÉO EN CHANTIER

previous arrow
next arrow
Slider

 

À peine quelques mois avant l’ouverture de la halle au public, nous nous donnons trois semaines pour réaliser nos modules roulants. Une partie du matériel arrive avant nous : les roues, les essieux, les roues jockey et les béquilles de remorques agraires… Le reste sera complété sur place en fonction des dernières décisions. On commence par prendre le temps de s’installer correctement : déballage des stocks, fabrication des établis et des postes de travail… C’est un joyeux branle-bas de combat ! Au milieu du fourmillement des entreprises qui se pressent de finir leurs ouvrages, nous nous installons temporairement dans un des futurs ateliers. Il sera vite trop petit pour nos chariots d’acier !

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Châssis métalliques, ossature bois, contreplaqué et polycarbonate, plaques galva de réemploi (ancien planchers techniques) fournies par Mobius, chutes de chantier de la Grande Halle ou surplus de gisement stockées par le WIP, phares de travail et chauffages radiants sont nos provisions… Des matériaux éclectiques pour une équipe atypique. Dans l’euphorie de cette fin de chantier ça grouille et ça s’étale. En même temps que les plombiers fixent les aérothermes au dessus de nos  têtes, d’autres coulent la résine sous nos pieds. Les roues de nos structures sont mises à profit immédiatement et notre chantier devient mouvant au rythme des premières respirations de la grande nef.

Est-ce la chance ou le destin ? Peut-être juste que notre monde est bien petit ! Nous étions heureux de retrouver nos compères de l’Arbre à Cuire, Oliver Dohin et Nicolas Simarik. Depuis leur rencontre à Venise, le WIP les invite régulièrement pour réaliser des repas de chantier, des temps conviviaux partagés ouvert au grand public avec les ouvriers du chantier, les wipers / habitants de la cité de chantier et la maîtrise d’œuvre. Cette fois-ci, c’était la “Pause de la première guèz” : un barbecue géant et des saucisses sur mesure pour des sandwichs au mètre.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

REMERCIEMENTS

D’abord un ÉNORME merci au Wip et à toute l’équipe pour la confiance et la persévérance : Ophélie, Pauline, Stéphanie Valentin … aux Architectes de Encore Heureux qui ont suivi le projet : Sébastien, Justine et Mayane.
Merci aux tontons de l’Arbre à Cuire qu’on était encore très heureux de côtoyer sur cette étape.
Enfin, merci à toute l’équipe du chantier, les anciens de passage, Flo et Anto, à Sam le mercenaire talentueux, à Diane pour le tuning graphique, aux nouvelles et moins nouvelles mains, Chloé, Loulou, Lena, Corentin.  Un grand merci à Seb – alias Timi – et à Édouard, pour les conseils avisés, l’installation électrique et déjà un peu de SAV. Spéciale dédicace aux milles pattes, les camioneux Sam, Anto et Diane qui ont enflammés les ondes talkie-walkie de l’opération Pégasus.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider