Du 2 au 14 avril 2012, dans le cadre du Détour de France, le Collectif Etc a été invité par l’association d’habitants Yakafaucon à réaliser un chantier ouvert sur la place Dormoy, à Bordeaux.

UN PROJET D’AMÉNAGEMENT ISSU D’UNE INITIATIVE D’HABITANTS.

Créée en avril 2008, Yakafaucon est une association d’habitants du quartier St Jean/Sacré Cœur fondée à l’initiative de quelques voisins qui souhaitaient créer des moments d’échanges et de convivialité. Aujourd’hui, ses membres sont mobilisés dans la réhabilitation en autoconstruction d’un café donnant sur la place Dormoy, dont l’inauguration est prévue le 01 juin prochain.

Cette place est un espace public de proximité pour le quartier mais est cependant peu mise en valeur et peu fréquentée, malgré la présence proche de nombreux équipements publics. De plus, elle occupe une situation particulière à l’échelle de la ville, car elle se situe à l’intersection de deux grands projets urbains en cours actuellement sur Bordeaux, Re-Centres et Euratlantique.

Dans ce contexte, l’association Yakafaucon s’est interrogée sur le rôle qu’elle pouvait avoir dans l’aménagement de cet espace public. À partir de là, leur objectif est d’expérimenter comment, à partir d’une initiative d’habitants, accompagnée d’une démarche de concertation et d’action collective, il est possible d’engager un processus d’aménagement de l’espace public intégré aux projets urbains de la collectivité.

Pour mettre en place cette démarche participative autour de l’aménagement de la place, Yakafaucon, soutenue par la Direction Générale de l’Aménagement et la ville, a monté un projet en plusieurs temps et s’est entouré de deux associations. D’abord les paysagistes Friche and cheap, pour accompagner la concertation et participer à la scénographie. Ensuite le Collectif Etc pour réaliser le chantier ouvert d’un premier aménagement temporaire de la place Dormoy.

Sous forme d’un temps fort de deux semaines au mois d’avril, nous avons réalisés les prémices d’aménagement de la place, en continuité des ateliers de concertation menés auprès des habitants de janvier à mars. Ces premières rencontres avaient permis d’établir un premier cahier des charges sur la programmation de la place et une esquisse d’aménagement.

UN CHANTIER POUR MOBILISER ET POUR TRANSFORMER.

Les objectifs de notre intervention étaient ici multiples. D’abord mettre en valeur le futur café associatif et son implantation sur la place, café qui cristallise la mobilisation des habitants pour faire vivre leur quartier. Ensuite, susciter l’envie à d’autres personnes de prendre part au projet de Yacafaucon. Enfin, proposer un aménagement de la place synthétisant les propositions issues de la concertation sans pour autant figer ni brider d’autres usages possibles, existants ou à venir . Il restera en place au moins les six mois prochains, comme cela est prévu par la convention d’occupation temporaire signée avec la ville et posera la question des aménagements qui pourraient naître à l’issue de ces six mois. 

Pendant deux semaines continues, week-end compris, et afin d’être identifiable par les habitants, passant et travailleurs du quartier, nous sous sommes installés du matin au soir sur la place Dormoy, notamment pour prendre l’ensemble de nos repas.

DES ATELIERS COMPLÉMENTAIRES OUVERTS À TOUS.

Un atelier de menuiserie, pour réaliser une structure en bois, dont une partie est fixe et l’autre modulable, et dont l’implantation permet de marquer le liens entre le café et la place. L’idée étant de pouvoir tester différentes configurations et usages sur la place.

Parallèlement au chantier de construction, différents ateliers ont été mis en place pour réaliser divers éléments du projet et impliquer un large panel de la population dans l’aménagement du lieu :

Un atelier de jardinage, organisé par Friche and Cheap, pour réaliser des semis à emporter ou à planter dans les bacs réalisés.

Des ateliers de peinture ont aussi été organisés pour participer à la création de l’identité visuelle de la place Dormoy. A l’image des plumes d’oiseaux, chacun était invité à inventer puis dessiner un motif à la chaux sur les troncs d’arbres. 

UNE STRUCTURE EN BOIS SÉQUENCÉE.

La structure réalisée se déploie en partant du futur café associatif, suivant trois séquences successives : la terrasse du café, la plate forme fixe liant le café à la place, et les modules mobiles de la place. La partie fixe intègre les propositions de la concertation tandis que la partie mobile, composée des modules, a été conçue au fur et à mesure du chantier pour permettre d’intégrer les idées des participants. Ces séquences viennent être complétés par une série de bacs paysagers, alignés de part et d’autre de la structure. 

Ces trois séquences sont développées suivant trois bandes de 1m de large, disposées en quinconce, de façon à pouvoir assembler les différents modules autour. La structure repose sur une trame de 1mx1m, définissant la dimension de base des modules. Les hauteurs étaient aussi prédéfinies en fonction des usages: 40 cm pour une assise, 80 cm pour une table, 120 cm pour un mange-debout et 200 cm pour un abri.

Tout un chacun était invité à participer à la réalisation de ces trois séquences. La marge de manœuvre laissée à chacun étant cadrée par ces différentes trames mises en place et par les matériaux utilisés, une cohérence globale du projet pouvait être assurée.

Sur la séquence centrale, nous avions dessinée la structure dans son intégralité. L’exercice consistait donc à suivre le plan d’exécution, et à en respecter ses modalités.

Sur la séquence de la terrasse, l’oiseau et la trame ont été dessinée par nos soins, le remplissage par motifs étant laissé libre à chacun. De même, le coloriage à la craie à été réalisé par des enfants étant tombés par hasard sur une boite de craies, et qui s’approprièrent spontanément les motifs…

Sur la séquence mobile, les règles étant posées, des variations sur la forme, l’usage et le lestage des mobiles étaient possible.

DES ATELIERS PÉDAGOGIQUES PENDANT LE CHANTIER.

Lors du chantier, plusieurs groupes d’élèves des structures sociales et éducatives avoisinantes (lycée, maternelle, centre social) sont venus pour participer à des ateliers mis en place en parallèle du chantier.

Le premier a consisté à la fabrication de nichoirs à oiseaux, permettant d’encourager le maintien de la bio-diversité dans le quartier. Les types de nichoirs réalisés suivent les conseils d’un membre de la Ligue de Protection des Oiseaux.

Le deuxième atelier concernait une initiation au bouturage, afin de végétaliser mes différents bac mis en terre.

Le dernier atelier, pour les plus âgés, concernait une initiation à la construction de modules et au design de mobiliers en respectant les gabarits prédéfinis.

L’intérêt était de créer une dynamique de gestion du lieu en partenariat avec les acteurs sociaux locaux. Par exemple, les maternelles ont prévu de revenir ultérieurement sur la place pour planter leurs semis et pourquoi pas s’occuper d’un bout de jardin avec l’aide de Yakafaucon.

DES ÉVÉNEMENTS ACCOMPAGNANT LE CHANTIER.

Durant les deux semaines, il a été convenu que l’association Yakafaucon organiserait une série d’événements, aussi divers que possible, l’objectif étant de réussir à toucher des personnes différentes en proposant une palette bigarrée d’activités. Ainsi, la chorale de Yakafaucon a succédé au concert de musique classique, les séances de massage publique au tournoi de pétanque, sans oublier les repas partagés chaque jour avec les habitants du quartier et le barbecue sous la pluie avec les ouvriers du chantier d’à côté. C’est ainsi que plus de cent personnes sont venues déguster le couscous cuisiné par un habitant le premier dimanche et ont inauguré les modules agencés en table géante lors du pique-nique final le dernier samedi.

LE CHANTIER, SUPPORT À L’ÉCHANGE.

Au delà de l’idée de tester des usages et des configurations possibles de l’espace, le chantier aura été l’occasion de générer des rencontres entre différents acteurs de la ville.

En effet, les temps de chantier étant propice au débat, nous avons organisé et animé une table ronde, avec la présence de l’adjoint au maire délégué du quartier Bordeaux Sud, de représentants de la Direction Générale de l’Aménagement (DGA), des Parcs, des Jardins et des Rives (DPJR), du développement Social et Urbain (DSU), de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), ainsi que des représentants de l’association Arc-en-Rêve et des collectifs Bruit du FrigoAlpage et Friche and Cheap.  L’intitulé de cette table ronde était : ” De l’initiative d’habitants vers un aménagement urbain “. L’objectif était de replacer le chantier dans le cadre du processus d’aménagement de la place. Ce fut l’occasion de discuter des relations à mettre en place entre les participants pour inventer un protocole de projet capable d’intégrer les initiatives d’habitants dans les projets d’aménagement de la ville.

Le chantier ouvert est une étape dans le processus long entrepris par Yakafaucon pour mobiliser la population du quartier et les services de la ville autour de l’aménagement de la place Dormoy. Ainsi, il est prévu qu’un premier bilan de la situation, semblable à un comité de pilotage avec les habitants, les associations et les services de la ville, soit réalisé dans six mois à compter de la date du chantier, afin d’évaluer les évolutions prises par le projet.

Afin de préparer ce bilan et voir comment utiliser ce premier aménagement sur la place Dormoy pour imaginer la suite, nous vous invitons à consulter un article à ce sujet sur notre blog : http://www.collectifetc.com/mode-demploi-dun-outil-urbain/

3 commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.