Collectif-Etc-Berges-de-Seine-1

Dans le cadre du projet Berges de Seine à Paris, le Collectif Etc est invité par Artevia et l’APUR du 09 au 14 décembre 2013 pour investir l’espace situé sous le pont de la Concorde afin d’y proposer de nouveaux usages pour cet hiver. Nous avons collaboré avec Lucile Réguerre, scénographe et Mickaël Fauchoix, éléctricien pour l’installation lumineuse et avec Timothée Gouraud pour le projet graphique.

LE PROJET BERGES DE SEINE

Berges de Seine est un projet de la Ville de Paris, accompagné par l’APUR et mis en œuvre par une équipe pluri-disciplinaire composée de Lille3000, Franklin Azzi Architecture, Carat Sport, Change is Good, et Artevia.

Sur la rive gauche de la Seine, les quais sont depuis quelques mois fermés à la circulation, sur une distance de près de 2,3 km allant du musée d’Orsay au pont de l’Alma. Différentes interventions y ont été réalisées, programmées, et continuent de l’être pendant les années qui viennent.

TA TATA EN TUTU SOUS LA DOUCHE SONORE

Notre proposition est de valoriser un usage généré par un dispositif déjà mis en place par Radio Nova et TSF Jazz. En effet, ces deux radios ont installé à cet endroit un système permettant d’écouter sa musique grâce à son téléphone portable : La douche sonore. Une playlist musicale mis à jour tous les mois par les deux radios, est diffusée en continu toute la journée jusqu’à 22h. Mais à tout moment, n’importe qui peut se connecter en bluetooth et diffuser sa propre musique. Nous souhaitons prolonger cette expérience en construisant un environnement convivial, propice au partage musical et à la danse : Ta Tata en Tutu sous la Douche Sonore. Cette intervention précède une deuxième étape du projet qui se déroulera au printemps 2014. L’idée est de venir par étapes successives compléter et enrichir ce lieu en réagissant à chaque fois sur les usages générés.

TATATAENTUTU_COLLECTIFETC_01-01-01-01

tatataentutu_web

Au cours de la ballade le long des berges, sous le pont de la concorde, le sol devient soudain parquet flottant, les murs reflètent les passants et les joggeurs. Le long de la seine, le trottoir s’élève légèrement pour voir le fleuve d’un coté et les danseurs de l’autre. Appuyé sur la barre de danse et éclairé par les néons blancs, on s’essaye à un pas ou deux devant son reflet et celui des autres. A la tombée de la nuit, les répétitions et échauffements sont terminés. La salle se transforme en dancefloor au fur et à mesure que la boule à facette et les éclairages de couleurs chaudes se mettent en branle.

Collectif-Etc-Berges-de-Seine-38_BD

LE CHANTIER

Le chantier a lieu du lundi au samedi. Nous avons un container de rangement pour le matériel et un container ZZZ avec vue sur seine pour travailler et manger au chaud. L’emploi du temps est complexe à gérer entre l’équipe structure, l’équipe peinture et l’équipe éclairagiste afin que toutes les tâches s’enchaînent correctement. En plus la zone de chantier protégée est mouvante pour laisser le passage aux véhicules de sécurité et de livraisons qui traversent régulièrement la piste de danse. Heureusement on est accompagné en permanence par la musique endiablée des douches sonores qui remplit la voute du pont de la concorde.


TATATAENTUTU_COLLECTIFETC_01-03TATATAENTUTU_COLLECTIFETC_01-02

Le secteur d’intervention est soumis aux crues de la Seine. Toute la construction est pensée en modules pour être démontée le plus rapidement possible par les techniciens présents sur les berges.

Collectif-Etc-démontageDSC04266_DDSC04279_E_BDCollectif-Etc-Berges-de-Seine-4_DCollectif-Etc-Berges-de-Seine-8_B_800Collectif-Etc-Berges-de-Seine-9_B_800Collectif-Etc-Berges-de-Seine-41_B_800DSC04287_B_800Collectif-Etc-Berges-de-Seine-45_B_800Collectif-Etc-Berges-de-Seine-44_B_800TATATAENTUTU_COLLECTIFETC_01-04

L’OUVERTURE

Le samedi, c’est l’inauguration à partir de 16h30. La dernière prise éléctrique est branchée et on découvre les jeux de lumière qui réchauffent la piste de danse. Des gens venus pour l’occasion et d’autres passants se rassemblent spontanément autour de la scène et sur la passerelle. On commence par une pièce de théatre « les Décalés » jouée par les comédiennes Héloise Hallauer et Sophie Engel. Elles interprètent une dispute crue et acharnée entre deux danseuses en tutu en pleine représentation. Le ton est donné : les gens envahissent la scène et se démultiplient dans les reflets des miroirs infinis. Le vin chaud coule à flot, la douche sonore crache la musique et la fête commence. On a ensuite le droit à un spectacle de danse contemporaine par le groupe de danseuses Ast Core introduites par Frantz Daniaud. La soirée continue en dansant. Soudain un cercle se forme, quelqu’un jette le carré de lino et les bboys Killers beat sama s’élancent. Cette fête apporte la magie et la spontanéité dont avait besoin ce chantier d’hiver. On espère qu’il y en aura d’autres en attendant le printemps.

Collectif-Etc-Ta-Tata-en-Tutu-1Collectif-Etc-Ta-Tata-en-Tutu-7

Collectif-Etc-Berges-de-Seine-17Collectif-Etc-Berges-de-Seine-23Collectif-Etc-Ta-Tata-en-Tutu-4Collectif-Etc-Ta-Tata-en-Tutu-5Collectif-Etc-Ta-Tata-en-Tutu-6Collectif-Etc-Ta-Tata-en-Tutu-9

Nous tenons à remercier la scénographe Lucile Réguerre et l’éléctricien Mickaël Fauchoix qui ont conçu et réalisé l’installation lumineuse. Merci également au graphiste Timothée Gouraud, qui a travaillé sur le projet graphique. Merci aux bénévoles qui nous ont rejoint sur ce chantier : le sociologue urbaniste Frantz Daniaud, la plasticienne Anne-Sophie Veilly, la graphiste Diane Bousquet, l’architecte Olivier Arditi et le futur collectif de paysagistes de l’école de Versailles. Merci à Christophe Rochard, régisseur technique sur les berges de seine, pour sa philosophie et ses conseils astucieux. Merci à Emmanuel Granier et Hervé Wysocki du bureau de contrôle ICE pour leur suivi sur la partie structure et éléctricité du projet. Merci aux danseurs Héloise Hallauer, Sophie Engel, le groupe Ast Core et les bboys Killers beat sama pour avoir apporté la magie de la fin. Merci à Florent Vene, responsable production à Artevia pour son don d’ubiquité. Et merci enfin à toute l’équipe Artevia ,en particulier à Caroline Calchéra, Carole Kohen, Isis Poteau et Annette Poehlmann.

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.